Panier d’achat
Jean Leloup
_

Né à Québec en 61, Jean Leclerc, alias Jean Leloup, est banni en 64 par ses camarades de garderie pour affront à la culture canadienne-française et est condamné à vivre en exil en Afrique. De retour au Canada, pris de dépression dans le gris nordique, il découvre l’Art. En 78, il décide de devenir peintre, puis écrivain. C’est après avoir vu une photo de Jim Morrison qu’il se décide pour la chanson. En 1983, il se fait découvrir en participant au Festival international de la chanson de Granby. Il remporte le 1er prix.

En 1989, il sort son premier disque: Menteur. Entre les sonorités mécaniques de la fin des années 80, un folk swingant et des parfums exotiques, le conteur-né brasse déjà ses souvenirs et ses amours. Le succès est au rendez-vous : l’album contient trois chansons qu’on chantera encore longtemps: « Laura », « Printemps-Été », et « Alger ». Alors qu’on le réclame sur scène, Jean part en voyage. Il ramène un chapeau haut de forme et un groupe de rock baptisé La sale affaire avec lequel il écrira et présentera sur scène L’amour est sans pitié.  

Un an plus tard, la chanson « 1990 » est sur toutes les radios. En France, elle grimpe dans le Top 5, elle joue autant à la radio qu’en discothèque. 75 000 personnes accueillent l’artiste aux Francofolies de La Rochelle. Mais Jean Leloup n’a que faire des foules, il préfère écrire et cesse ses activités publiques pour s’y consacrer. En 1996 nait Le Dôme, un disque culte dont toutes les chansons escaladent les palmarès et qui lui vaut son premier Félix pour Auteur ou compositieur de l’année.

Le Dôme sera vite suivi par un voyage en Afrique qui lui inspirera Les Fourmis, un  autre album marquant de l’histoire du Québec qui lui vaut pas moins de cinq Felix, dont ceux d’Album rock de l’année, Auteur ou compositeur de l’année et Spectacle de l’année.

Au début des années 2000, il fonde sa propre étiquette de disque Roi Ponpon et voyage beaucoup, et loin, cherchant l’inspiration. Il revient en 2003 avec La Vallée des réputations, un disque folk et plus intime, destiné à devenir platine lui aussi. Il vend les 50 000 premières copies en 2 jours!

Puis, coup de théâtre! Leloup, lassé de son image, brûle sa guitare dans un retentissant documentaire, Exit, et devient Jean Leclerc. Il part ensuite pendant quelques années vivre en marge du show business.

En 2006, il revient publiquement à la musique avec Mexico, un album simple et nerveux où il prend tout en main jouant de tous les instruments. C'est pour lui l'occasion de créer un album d’une grande cohérence artistique, loin des attentes du public et des critiques à l’égard du « défunt Leloup ». Mexico remporte le Félix de l’Album Alternatif de l’année.

Mille excuses Milady, sorti en 2009, remporte le Félix de l’Album Rock de l’année. Encore une fois, succès radio: la chanson « La plus belle fille de la prison » se taille une place de choix dans les palmarès radio du Québec. À l’été 2012, alors que plus personne ne s’y attend, Leloup donne à ses fans un gigantesque cadeau : La tournée des festivals La Nuit des confettis, où l’artiste joue ses plus grands succès. Plus de 75 000 personnes se rassemblent sur les plaines d’Abraham à Québec! À Montréal, il réunit la plus grande foule jamais comptée sur la Place des festivals dans le Quartier des spectacles. 

Il récidive en 2015 avec À Paradis City, album hautement acclamé par la critique et chaudement accueilli par ses admirateurs. Certifié platine en à peine un an, il dépasse maintenant le cap des 120 000 copies vendues. Cet album lui aura également valu les Félix : Interprète masculin de l’année, Chanson de l’année pour « À Paradis City », Album de l’année – Choix de la critique, Auteur ou compositeur de l’année, Album Rock de l’année. Il se voit également récompensé du côté anglophone avec le Juno Award pour Francophone Album of the Year.

Suite à l’immense succès de cet album, Leloup revient sur scène avec non pas un, mais bien deux spectacles! Le premier, Jean Leloup et son orchestre en concert à Paradis City, a rempli plus de vingt fois le Métropolis de Montréal et Grand Théâtre de Québec le consacrant l’artiste ayant performé le plus souvent au Métropolis depuis sa fondation! Son second spectacle, Le fantôme de Paradis City, a permis de découvrir pour la première fois Leloup seul avec sa guitare. Acclamé par la critique, l’ADISQ lui a d’ailleurs remis le Félix pour le Spectacle de l’année – Auteur-compositieur-interprète de l’année et le Félix du Metteur en scène de l’année. Inspiré par ce spectacle, il décide de mettre sur disque des versions guitare-voix de succès précédents ainsi que trois nouvelles chansons. L’album X sorti en 2017…

Anticonformiste naturel, ses spectaculaires frasques médiatiques ne peuvent pas faire oublier l’extraordinaire audace qui lui a permis d’approcher les 900 000 albums vendus en carrière, et de devenir une des icônes majeures de la musique d’ici.





Liens
_

roiponpon.ca
jeanleloup.bandcamp.com
facebook.com/jeanleloupofficiel


PHOTOS
_




Contact
_

Contact média: Myriam Lefebvre
Éditions: Roseline Rousseau-Gagnon

LES SPECTACLES
_

Aucun spectacle annoncé pour le moment.

Spectacles passés

albums
_

Jean Leloup - À Paradis City
Boutique


Jean Leloup - Mille excuses Milady
Boutique

Lucide, mordant, éclaté, incisif, volubile : Jean Leloup is back, la plume plus acérée et les riffs de guitare plus inventifs que jamais. L’album Mille excuses Milady, son septième opus studio, marque un retour aux sources pour l’auteur-compositeur-interprète. Entouré de collaborateurs chevronnés, Jean Leloup s’avère de nouveau un redoutable conteur. Oscillant constamment entre désillusion et espoir, Mille excuses Milady réunit tout ce qu’on aime chez Leloup : des guitares et encore des guitares, des textes touffus, un débit nerveux, des mélodies fortes.