Panier d’achat
Gros Mené
_

La petite histoire
Lac St-Jean, 1999, les astres s’alignent pour le gros rock sale : Fred Fortin se retire de la métropole, sort l’artillerie lourde et lance le projet Gros Mené en compagnie du guitariste René Lussier. Gros Mené ravira ses fidèles lors d’une seule prestation dans cette région avant que Fortin n'entre en studio, dans un chalet de Saint-Félicien, avec son acolyte le guitariste Olivier Langevin. Émerge de cette quête presque puriste d’un son brut le premier disque de Gros Mené, dans un élan inquiétant qui flirte avec les limites du correct. Outre Langevin, sont réunis dans Gros Mené l'ex-batteur des Colocs, Michel Dufour ainsi que Pierre Bouchard, également batteur, qui n’apparait toutefois que sur une partie des pistes du disque. Son omniprésence baptise néanmoins l’album Tue ce drum Pierre Bouchard, paru le 6 avril 1999.

La grande histoire
Et maintenant, le retour. Après un hiatus indéterminé qui aura donné lieu d’une part à Le plancher des vaches, Planter le décor et Plastrer la lune puis de l’autre à Le Temps au point mort et Tigre et Diesel, Vieux Brochet Fortin et Truite Langevin s’enjoignent les services de Crocodile Fortin et enregistrent au Lac St-Jean à l’été 2012, avec Fortin père qui n’est jamais bien loin.

C’est ainsi que naît Agnus Dei, de ces variables propices à une nouvelle dérape qui carbure au vice. Quand Fred Fortin investit le monde interlope à coups de guitare et de strings léopard, il va sans dire qu'on peut se préparer au pire ; vous allez savoir qu’est-ce que ça goûte le sacrifice et le don de soi.

 


 





Liens
_

grosmene.com
facebook.com/pagegrosmene


PHOTOS
_




Contact
_

Presse: Emilie Darveau
Radio: Myriam Lefebvre
Spectacles: Julien Hébert-Maheu
Éditions: Roseline Rousseau-Gagnon

LES SPECTACLES
_

Aucun spectacle annoncé pour le moment.

Spectacles passés

albums
_

Gros Mené - Agnus Dei
Boutique

GROS MENÉ ! En 1999, le mythique groupe de Fred Fortin, Olivier Langevin et Michel Dufour sort un album dont la saleté du rock n’a d’égal que la grandiloquence de son titre, soit Tue ce drum Pierre Bouchard, en hommage à l’omniprésent batteur qui a joué sur une partie des pistes du disque. Fortin et Langevin deviennent ensuite les bêtes volumineuses et lumineuses qu’elles sont maintenant, font leur affaire, et se retrouvent au Lac St-Jean à l’été 2012 pour enregistrer Agnus Dei, sacrifice sur l’autel du rock, qui cite encore et toujours ce diamant fou de Pierre Bouchard, décidement omniscient devant l’éternel.

GROS MENÉ ! Agnus Dei, c’est le contraire du vide aménagé, c’est du plein garroché. De l’abrasion, toute à 11, l’amour du ROCK, les majuscules, les gros traits, les guitares, les Mercury Cougar 67, les folles qui font nos soirées et un peu de liminant Ménard, juste pour être certain.

Le premier extrait d’Agnus Dei, « Vénus » est d’un genre chaud et lent, avec une rythmique hypnotisante, à l’instar de la protagoniste de la pièce. Ta yeule, obéis à Venus.