Panier d’achat
Canailles
_

C’est une carnaval de belle histoire entamée dans l’insouciance d’une amitié qui s’abreuve en été et qui en a gardé la communauté. Des (mé)tisseurs des roots nord-américaines qui ont absorbé la noce et tout le folk qui vient avec: la dichotomie entre l’épanchement du samedi soir et le repentir du dimanche au matin.

Ramassés avec des instruments dans les mains, les membres de Canailles sont autodidactes d’un genre mâtiné à l’instinct, riche de différents ailleurs parce que le monde est beau et grand. Y croisant entre autres le old-time, le gospel et le blues, des dégaines de jadis propulsées par un mur du son acoustique et fier d’aujourd’hui.

Formée en 2010, la formation compte plus de 400 concerts, comme un sport pour la vie, à la grandeur du Québec et au Canada, de Dawson City à la grande scène des FrancoFolies de Montréal, de Lafayette en Louisiane jusqu’en France et en Belgique, de l’Allemagne à l’île de La Réunion, en passant par le festival Woodstock en Pologne, où elle a joué devant plus de 10 000 punks.

La bande a offert un EP en 2010, qui a sarclé le chemin à Manger du bois, un premier album paru en 2012, réalisé par l’incomparable Socalled et mixé par Philip Bova (Feist, Bell Orchestre, Stars). L’année de sa sortie, celui-ci s’est gréé de deux nominations à l’ADISQ (Album country et Choix de la critique), de deux prix Panache au GAMIQ (Spectacle de l’année et Album country), d’une nomination en tant que Francophone Group / Artist of the Year aux Indie Awards de la Canadian Music Week, y raflant du même coup le prix pour Emerging Artist of the Year – Francophone. S’en est suivi le deuxième album Ronds-points en 2014, réalisé par Éric Villeneuve (Bernard Adamus), qui s’est valu une nomination à l’ADISQ (Album country) et un autre prix Panache au GAMIQ (Album roots).

Pis après quelques rituelles retraites d’écriture en chalet, ça se poursuit au printemps 2017 avec la parution d’un troisième record, Backflips, réalisé par Tonio Morin-Vargas. Des nouvelles chansons testées en masse dans les salles et les festivals d’un bord et de l’autre de l’Atlantique, pour rythmer du mangeage de spaghatt’ autant que pour virer carnaval. Un assortiment de souffles pour continuer de ne pas se laisser mourir la patate.





Liens
_

canailles.bandcamp.com
facebook.com/bellescanailles


PHOTOS
_




Contact
_

Presse: Emilie Darveau
Radio: Myriam Lefebvre
Spectacles: Sonia Bergeron
Éditions: Roseline Rousseau-Gagnon

LES SPECTACLES
_

Ottawa, QC, Quatrième salle - Centre nationale des Arts
1 février 2018, 20:00

Québec, QC, Théâtre Petit Champlain
16 février 2018, 20:00

Montréal, QC, Maison de la culture Maisonneuve
24 mars 2018, 20:00

Trois-Rivières, Salle Louis-Philippe-Poisson
2 mai 2018, 20:00

Spectacles passés

albums
_

Canailles - BACKFLIPS
Boutique

L’album Backflips, c’est un florilège d’hymnes aux beaux merles qui aiment ça jouer avec le trouble et aux tout-croches qui assument de ne pas toujours faire les bons choix. C’est un record autant d’adon pour rythmer du mangeage de spaghatt’ que pour virer carnaval. Un assortiment de souffles pour continuer de ne pas se laisser mourir la patate.

Réalisé par Tonio Morin-Vargas, Backflips a été enregistré tout le monde live, pas de métronomes, pas d’écouteurs, au Breakglass Studios dans le giron des Fêtes passées, avec un taux d’efficacité estimé à 95% – pas de niaisage quand ça va ben. La sensationnelle Anna Frances Meyer (Les Deuxluxes) est venue gréer l’ambiance de chœurs et de quelques rasades d’opéra, pendant qu’Étienne Barry (Les Deuxluxes) se livrait au piano et que Mélisande Archambault (Royal Pickles) consummait le violon.


Canailles - RONDS-POINTS
Boutique

Canailles a assemblé son nouvel album en deux semaines dans un chalet qui est leur port d’attache et de création entre deux tournées. Le groupe a d’abord pensé baptiser son 2e opus L’album de la maturité, histoire de confondre un peu les journalistes musicaux, et pour faire un parallèle avec son envie d’aller voir ailleurs s’ils étaient plus grands. Ils l’appelleront finalement Ronds-points qui illustre parfaitement l’ambiance générale de revenez-y bien tout en allant plus loin. Un hommage sonore à cet événement décrit ici : « des Créoles qui dansent en ligne sous un soleil de 30 degrés en plein hiver, sur la côte d’une île volcanique au cœur de l’océan Indien.» Extrait de Moments choisis de tournées de choix, un livre que le groupe va écrire un jour après La Bib’ selon son père Dagniel Tremblay.

Canailles a donc réalisé Ronds-points avec l’aide du Capitaine-empêcheur-de-tourner-en-rond Eric Villeneuve au Treatment Room, sous les mains habiles de Gilles Castilloux (Angela Desveaux, Socalled, Plants & Animals). L’album est aussi embelli d’une section de cuivres pas piquée des vers, composée de leurs collaborateurs habituels mas non moins extraordinaires Jérôme Dupuis-Cloutier (trompette) et Benoit Paradis (trombone), ici rejoints par Charles Papasof au saxophone. Et pour rajouter à la beauté, on remercie aussi Guillaume Duchesneau et Sébastien LeBlanc aux violons et un certain Jimmy Hunt, qui tient ici le record du nombres de pistes d’harmonica enregistrés en une soirée.
 


Canailles - Manger du bois
Boutique

Le premier album de Canailles est à l'image du groupe : d'une bâtardise joyeuse et assumée. Jonglant nonchalamment avec un métissage de blues, cajun, bluecrass et folk, il sublime l'énergie brute, la sincérité et l'exubérance de la bande, en plus de nous la faire découvrir sous un jour plus fragile et touchant.

Réalisé par nul autre que le bouillant et génial Socalled et mixé par Philip Bova (Feist, Bell Orchestre, Stars), Manger du bois est porté par une belle folie et poli jusqu'à shiner fort et loin, grâce, entre autres, à l’ajout inspiré (brillant, lumineux, allumé) de quelques amis de la famille, notamment Jérôme Dupuis-Cloutier, Benoît Paradis et Bernard Adamus.

Il paraît sur l’étiquette Grosse Boîte en avril 2012. Manger du bois remporte aussitôt le prix du seul album où la chanson éponyme ne figure pas. Relisez la dernière phrase deux-trois fois, c’est grisant, mais pas autant que de voir Canailles dans une salle de spectacle. Reeeeehiiiii!